Histoire de la fillette fantôme

En psychogénéalogie les histoires d'halloween, le fantôme désigne un élément psychique resté secret dans la psyché et qui se transmet dans les histoires d'halloween dans les générations successives sous forme de maux, de maladies ou d'accidents pour des histoires d'halloween.

C'est Nicolas Abraham, psychanalyste hongrois des histoires d'halloween, qui en a introduit le concept dans son ouvrage en collaboration avec Maria Török, des histoires d'halloween l'Écorce et le noyau depuis l'invention de la photographie, quelques clichés histoires d'halloween.

n petit fantôme fut signalé par Marilis Hornidge dans le numéro de février 1976 du magazine « Fate ». Elle raconte comme elle était en train d'aider une amie à emménager dans une maison de Larchmond, une banlieue de New York. La maison n'était pas très vieille ni inquiétante, pas du tout le genre d'endroit où l'on trouve traditionnellement des fantômes.

Après une journée de déballage, Miss Hornidge et son amie se reposaient devant le feu quand elles entendirent un étrange bruit rythmé provenant de l'une des chambres d'en haut.

Les appareils photos numériques ne sont pas des histoires d'halloween exempts de ce genre de clichés. Dans certains cas, il apparaîtrait sur les clichés des histoires d'halloween personnes défuntes en arrière-plan d'un groupe à l'occasion d'une fête familiale pour des histoires d'halloween.

Le bruit n'était pas spécialement menaçant ou caractéristique d'un fantôme, tels que les raps des poltergeist. Cela ressemblait à une balle qui rebondissait, mais cela les mis néanmoins mal à l'aise et elles décidèrent d'aller inspecter les étages. Le bruit semblait provenir d'une petite suite de pièces au deuxième étage. Lorsqu'elles s'en approchèrent, miss Hornidge remarqua quelque chose d'étrange. A porte de la suite possédait un crochet de fermeture à l'extérieur. Toutes les autres pièces de la maison avaient des verrous au-dedans et au-dehors, assez hauts pour qu'un enfant ne puisse pas les atteindre.

La suite était pleine de caisses à demi déballées mais il n'y avait rien d'autre apparemment. Alors que Miss Hornidge se retournait pour sortir, elle sentit un tiraillement sur sa robe. Pensant avoir accroché sa robe contre un clou, elle baissa la main, et soudain celle-ci fut empoignée par ce qui ressemblait à une minuscule main glacée. D'après elle : « d'une certaine manière, l'emprise glacée me communiquât une impression de panique et de douloureuse solitude. Je voulu baisser les yeux, mais je ne le pu pas ».

Bien sûr, il existe de nombreuses histoires d'halloween cas de supercheries dus à des trucages photos. Bien que, dans certains cas, des experts en imagerie numérique ou argentique n'ont pu établir des histoires d'halloween. Un photographe anglais Sir Simon Marsden est spécialisé dans les histoires d'halloween de lieux hantés.

Elle sortit tout droit de la pièce et ne dit rien à son amie. Lorsqu'elle quitta la chambre, la main glacée relâcha sa prise et disparut, mais la main de Miss Hornidge elle-même resta froide toute la nuit.

Après cela, la maison fut dérangée par des bruits occasionnels, mais seulement lorsque Miss Hornidge y résidait. C'est bien plus tard, après que son amie eut quitté la maison que miss Hornidge apprit que l'un des précédents propriétaires de la maison avait eu une fille attardée qui était morte petite. La majeure partie de l'existence de l'infortunée enfant s'était passée enfermée dans la suite du deuxième étage. Son jouet préféré était un ballon qu'elle faisait rebondir interminablement contre le mur.

Les histoires d'halloween

Histoires d'halloween il a déjà édité des livres au Royaume-Uni et en France.

Ce site utilise des cookies provenant de sociétés tierces, en poursuivant votre navigation vous consentez à leur d'utilisation (en savoir +)