Le fantôme de l'amant vengeur

Un fantôme est une apparition ou une histoire de fantome vision interprétée comme la manifestation de l'esprit d'un mort1, qui serait resté prisonnier sur Terre ou une histoire de fantome reviendrait de l'Au-delà, soit pour accomplir une vengeance, soit pour aider la histoire de fantome.

Des proches ou pour errer éternellement sur Terre une histoire de fantome en punition de ses mauvaises actions passées. Les fantômes, dont le nom est la histoire fantome à rapprocher étymologiquement de respectivement avec la histoire de fantome.

es Mémoires de la célèbre actrice française du XVIIIème siècle, Claire Léris, dite mlle Clairon, contiennent un curieux épisode. L'actrice y raconte deux ans et demi de harcèlement par l'esprit d'un défunt amant. L'homme, auquel elle se réfère discrètement sous le nom de M. de S., tomba sous son charme en 1743, alors qu'elle n'avait que 20 ans et qu'elle commençait tout juste sa brillante carrière. M. de S., tel que le décrit l'actrice, venait d'une solide famille bourgeoise de Bretagne. Quand il été monté à Paris, il avait essayé de se faire passer pour quelqu'un qui avait des origines aristocratiques.

Comme il avait beaucoup d'argent, il pouvait se permettre de vivre sur un grand pied et de poursuivre l'actrice de ses assiduités. C'était toutefois, un soupirant difficile, car il était rapidement passé de l'attirance à l'obsession. Il devint sombre et morose, et formulait d'impossibles exigences à la Clairon, désireux de la monopoliser en permanence. Ce n'était pas ce que souhaitait l'actrice de 20 ans.

Sont également appelés spectres ou la histoire de fantome revenants, esprits, lémures, apparitions incubes ou succubes, ectoplasmes ou poltergeists. La histoire de fantome et les variations des appellations doivent se comprendre en fonction de l'évolution historique de la histoire de fantome.

Progressivement et, d'après ses Mémoires, avec autant de gentillesse que faire se pouvait, elle essaya de se séparer de son difficile amant. Il le prit très mal, et tomba malade. Pour aggraver les choses, il s'enfonça dans de sérieuses difficultés financières. L'actrice dit qu'elle lui donna quelque argent mais refusa de continuer à le voir.

Elle ne réalisa pas à quel point la maladie de M. de S., était devenue sérieuse. Il lui envoya un ultime message pathétique, la suppliant de le voir, ne fût-ce que quelques instants, mais elle en avait terminé avec lui et ne le fit pas.

Les Européens ont généralement une vision de histoire de fantome comme créature immatérielle. Les étymologies proposées ci-dessus rendent bien compte de cette acception ; la histoire de fantome mais cette dernière a elle-même une histoire dans laquelle le rôle de l'Église est fondamental de histoire de fantome.

Le malheureux homme, veillé seulement par une vieille dame, mourut à onze heures le soir même. A ce moment-là, la Clairon distrayait un groupe d'amis chez elle. Lorsque l'horloge frappa onze heures, un cri terrible retentit à travers la maison. Il ne fut pas entendu que par l'actrice, mais aussi de tous ses amis. Ce n'était que le début. Pendant des semaines, l'affreux bruit retentit tous les soirs à onze heures. On appela la police, mais aucune explication ne put être trouvée au cri, c'est-à-dire aucune explication naturelle. Les phénomènes devinrent très célèbres et au bout d'un certains temps des attroupements se formèrent le soir devant la demeure de l'actrice juste pour entendre le bruit.

La Clairon ne douta pas une seconde qu'elle était hantée, et regrettait maintenant amèrement d'avoir ignoré la requête de son ancien amant mourant. Quand elle n'était pas chez elle le soir à onze heures, le bruit la suivait. Une fois, il fut si fort qu'il fit se cabrer les chevaux du carrosse dans lequel elle se trouvait, et il faillit se produire un grave accident. Après l'explosion initiale, les sons pouvaient la quitter pour des semaines, voire des mois. Mais ils revenaient toujours.

Mais avec le temps et surtout une histoire de fantome le contrôle religieux la présence des morts devint insupportable ; l'invention d'une histoire de fantome du purgatoire avait d'ailleurs été un des moyens de les discipliner aussi longtemps pour permettre une histoire de fantome.

Il n'était pas avisé de railler ou de tenter le fantôme. Un jour, l'actrice joua dans une troupe à Versailles. On lui donna une minuscule chambre inconfortable qui se trouvait tellement à l'écart des sentiers battus qu'elle déclara : « Ca m'étonnerait que mon fantôme me retrouve ici, au bout du monde ! ». Immédiatement, les cris effrayants reprirent. Dans la deuxième phase du harcèlement, les cris furent remplacés par des coups de feu, et il s'avéra qu'il était plus facile de se faire à ceux-ci qu'aux gémissements et aux cris. Dans la troisième phase, les cris disparurent et à leur place retentirent des applaudissements et le faible chant d'une mélodie qui semblait vaguement familière mais que la Clairon ne parvint à identifier. La hantise cessa au bout de deux ans et demi, période identique à celle que la Clairon et l'infortuné M. de S. avaient vécue ensemble.

L'invention du purgatoire avait la histoire de fantome d'ailleurs été un des moyens de les discipliner. Elle permettait d'assigner un lieu fixe à ces âmes errantes leur histoire de fantome. C'est aussi pourquoi les revenants furent de plus en plus identifiés à des visions de histoire de fantome.

Plus tard, l'actrice rencontra la vieille dame qui avait été au service de son amant dans les derniers temps de sa maladie. Elle dit que, si la Clairon avait accédé à l'ultime demande de l'agonisant et était venue le voir, il aurait pu mourir en paix et l'aurait laisse en paix elle aussi. Quand elle le lui avait refusé, il avait déclaré dans son dernier souffle qu'il reviendrait d'au-delà du tombeau pour l'effrayer et la hanter. Il continuerait de le faire pendant le même temps que celui où il avait été sous son charme.

Une histoire de fantome

Histoire de fantome Il semble, d'après Claude Lecouteux que une histoire de fantome.

Ce site utilise des cookies provenant de sociétés tierces, en poursuivant votre navigation vous consentez à leur d'utilisation (en savoir +)